James Bond, rien qu’un alcoolique

Ecartons d’emblée l’hypothèse qui veut qu’un médecin ai sans doute autre chose à faire. Dans la revue médicale britannique BMJ, un groupe d’experts a pris le temps de relire la série des « James Bond », 12 romans écrits par Ian Fleming. Le constat est sans appel : la consommation hebdomadaire de l’espion est quatre fois plus élevée que la dose maximale souhaitable pour un adulte. Conseillant, non sans humour, à M. Bond d’aller consulter un spécialiste, ils écrivent que l’espion anglais est bien parti pour développer une maladie du foie, être impuissant ou mourir de son alcoolisme. Ils reconnaissent malgré tout que la fréquentation habituelle des terroristes internationaux peut conduire à quelques débordements. A l’écran, l’agent 007 a été interprété par Sean Connery, George Lazenby, Roger Moore, Timothy Dalton, Pierce Brosnan et Daniel Craig (photo).

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.