Alain Resnais, mort d’un grand cinéaste

Le réalisateur Alain Resnais est mort hier samedi à Paris. Il était âgé de 91 ans. Il venait tout juste de recevoir en février un prix au festival de Berlin pour son dernier film « Aimer, boire et chanter », à sortir en France le 26 mars. Il préparait déjà le prochain, dont le scénario était écrit, et qui devait s’appeler « Arrivée et départ ». Dire qu’Alain Resnais, inventeur d’un langage filmé, a marqué le cinéma français est peu dire. Dans sa filmographie, on compte aussi de nombreux courts-métrages (le premier à 13 ans !) et documentaires, dont le célèbre « Nuit et brouillard » sur les camps nazis, en 1955. C’est lui qui l’a fait connaître. Puis sont venus des films fameux : « Hiroshima mon amour » (1958), « Providence » (1976), « Mon oncle d’Amérique » (1980), « Smoking »/ »No smoking » (1993) ou encore « On connaît la chanson » (1997). Il avait aussi tourné  « Les Herbes folles » (2009) et « Vous n’avez encore rien vu » (2012). Alain Resnais aimait aussi s’entourer de la même famille au cinéma, lui le compagnon de l’actrice Sabine Azéma. On y trouvait entre autres André Dussolier, Lambert Wilson, Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri ou Pierre Arditi.

 

 

« Si l’Etat ne fait pas à cet

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.