« Libération » : une restructuration « inévitable »

Invité dans une école de journalisme parisienne jeudi, le président du conseil de surveillance du quotidien « Libération » n’a pas mâché ses mots. Pour Bruno Ledoux (propriétaire à 26 % du titre), face aux fortes difficultés financières du journal, une restructuration sera « inévitable » et « très conséquente ». En clair, il y aura des départs de journalistes. Un journal est aussi une entreprise, a t-il rappelé, allusion à l’hostilité de la rédaction d’élargir l’activité de la marque « Libération » à un réseau social, à une télé et à un espace culturel. « Personne n’est tenu de rester », a t-il ajouté, estimant que certains journalistes ne produisent pas assez, et qu’il est anormal à l’ère du multimédia qu’on ne veuille pas rédiger aussi pour le Net. Il n’est pas question d’abandonner le papier, promet Bruno Ledoux. L’actionnaire indique que « Libération » a besoin de 12 millions d’euros pour se relancer. Il discute avec « trois ou quatre investisseurs français » qui n’ont encore jamais mis un pied dans la presse.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.