Somnolence : le risque s’invite sur le chemin du travail

Un conducteur sur dix s’est déjà endormi au volant dans l’année en allant ou en rentrant du travail, selon une enquête effectuée pour la mutuelle MGEN, et publiée hier mardi. C’est même un conducteur sur cinq chez les 18-24 ans. La faute à des nuits trop courtes. En semaine, un actif sur trois souffre de privation de sommeil, avec des nuits de moins de six heures. Trop peu pour ne pas provoquer un trouble de la santé. Alors, où est-on frappé de somnolence ? A bord de son véhicule (pour 77%), mais aussi dans les transports en commun (pour un passager sur trois), où la durée moyenne de l’endormissement est de 23 minutes. Dernière constante : plus la distance du trajet est importante, plus grand est le risque de somnolence.

 

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.