Géant des livres, Gabriel Garcia Marquez est mort

La littérature mondiale est en deuil, et la Colombie a décrété trois jours d’hommage national : Gabriel Garcia Marquez est mort hier jeudi. Il était âgé de 87 ans. Comme Wiban le précisait mardi, le prix Nobel 1982 était rentré chez lui à Mexico (où il habitait depuis 1961), très affaibli, après une brève hospitalisation la semaine dernière pour combattre une pneumonie. L’écrivain s’est éteint, entouré de sa femme et de ses deux fils. Aussitôt l’annonce faite à la télévision, une foule s’est massée devant la maison que Garcia Marquez ne quittait plus guère ces dernières années, limitant ses apparitions publiques. La dernière fois, c’était le 6 mars. De nombreux dirigeants mondiaux, dont Barack Obama, ont rendu un vibrant hommage ce matin. « Les géants ne meurent jamais », a commenté le président colombien. Considéré comme l’un des plus importants écrivains en langue espagnol, comme celui qui a décrit le mieux l’Amérique latine,  Le livre qui lui a valu la célébrité, c’est « Cent ans de solitude » (1967), traduit en 35 langues, 30 millions d’exemplaires vendus.  Avaient notamment suivi « Chronique d’une mort annoncée », « L’amour au temps du choléra », « Le général dans son labyrinthe ». Sa dernière œuvre, « Mémoire de mes putains tristes », est parue en 2004.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.