Harlequin se trouve un nouveau prince charmant

Voici une histoire qui, à défaut d’être romantique, n’en est pas moins une bonne affaire financière. Depuis le week-end dernier, les célébrissimes éditions Harlequin, reines du roman  l’eau de rose, ont changé de main. De canadiennes, elles ont été rachetées par le magnat australien des médias Rupert Murdoch et son groupe News Corp. Murdoch, c’est déjà dans le monde notamment les studios de cinéma Century Fox, le « Wall Street Journal », ‘The Times » et le tabloïd « The Sun » en Grande-Bretagne, ou encore un influent bouquet de télévision par satellite. Pour l’équivalent de 300 millions d’euros, Harlequin quitte le groupe Torstar, qui avait besoin de se désendetter, pour entrer dans le giron des éditions HarperCollins. Les livres romantiques sont une activité rentable, prolifique. Ils sont publiés dans une trentaine de langues, et bien implantés dans le format numérique. News Corp compte aussi s’appuyer sur cet acquis pour accélérer dans le numérique.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.